0
Journal intime

Mon coming out

J’ai mis très longtemps à me trouver.

Durant l’adolescence, je n’éprouvais pas d’attirance particulière pour les garçons, mais je n’arrivais pas à mettre de mots dessus. Je préférais traîner avec eux, jouer au foot et au hand, faire du skate, … Un vrai “garçon manqué” !

Aujourd’hui, je suis réconciliée avec ma féminité. Mon boulot et ma vie parisienne ont fortement contribué à prendre confiance en moi, à m’affirmer.

Je me souviens très bien, je devais avoir 17 ans, je déjeunais avec ma mère ce jour-là. En plein repas, elle lâche : “Élodie, si un jour tu as une copine, tu me le dirais, hein ?” Sur le moment, je n’ai pas compris la question. Je pensais que ma mère souhaitait savoir si j’avais des amies “i-e-s” autour de moi. Il m’a fallu quelques secondes pour comprendre le sens de sa question. J’étais tellement gênée que j’ai vite changé de sujet. Ça peut paraître surprenant, mais je ne m’étais jamais posé la question. C’était pourtant évident pour mes parents, mon frère, mes amis… excepté pour moi !

A 18 ans, mon bac en poche, je pars vivre seule à Paris.

Je m’inscris en école de commerce avec l’ambition d’une carrière dans la publicité. La première année, je suis beaucoup sortie ; on fait tous ça je pense. On est loin de nos parents, un peu livrés à nous-mêmes…

Un soir, dans un club branché de la capitale, j’ai rencontré Jade. Elle habitait Montpellier. Très vite, on devient fusionnelles. Elle quitte ses parents, plaque tout pour venir vivre avec moi.

Mon studio était devenu trop petit pour nous deux, on déménage rapidement pour un appartement plus grand dans le 11ème. L’agence acceptait de nous le réserver pour 48 heures. J’ai monté le dossier en un temps record. Il ne me manquait plus que la caution signée par mes parents. La directrice d’agence nous remet les formulaires. Je lis en toutes lettres :

Locataire : Elodie Garnier – Co-Locataire : Jade Brunet

J’aurai bien sûr, pu avoir une colocataire, mais je n’avais pas envie de leur mentir. Surtout que Jade, du haut de ses 19 ans l’avait déjà annoncé aux siens et ne comprenait pas pourquoi ça m’était tant difficile. Comment annoncer à mes parents que j’emménage avec ma petite amie ?

La peur au ventre…

Si je voulais l’appart, je n’avais pas d’autre choix que de leur dire. Je me suis d’abord confiée à ma mère. J’avais la boule au ventre qu’elle ne me juge même si – dans le fond – je savais que j’avais une chance extraordinaire d’avoir des parents très ouverts d’esprit. Je me souviens à l’époque lui avoir envoyé un SMS :

Maman je vais déménager… mais pas seule.
J’ai peur de ta réaction mais je vais prendre un appart avec ma copine.
Je t’aime,
Elo.

Trois secondes à peine après l’envoi, mon téléphone sonne. C’est ma mère. Je tremble… En décrochant, je fonds en larmes.

Ma mère : “Pourquoi tu pleures ma chérie ?
Moi :  J’ai peur de vous décevoir, je vous aime tellement.
Ma mère : Ma chérie, ne pleure pas, il n’y a rien de grave. On s’en doutait depuis longtemps ton père et moi. On attendait seulement que tu sois prête pour nous en parler. La seule chose que je te demande, c’est de l’annoncer toi-même à papa. Je sais que c’est important pour lui que tu le fasses, il n’aimerait pas l’apprendre par quelqu’un d’autre.”

L’annoncer à ma mère était la partie la plus simple; l’annoncer à mon père était une toute autre histoire. C’est un homme fantastique mais cependant un peu moins enclin à l’écoute et peut-être moins sensible. Comment trouver les mots justes ? J’ai une terrible appréhension de le décevoir. Il me faut du temps.

Ma mère signe alors les documents pour se porter caution “mais ça n’est pas une raison pour éviter la discussion que tu dois à ton père“.
Deux semaines ont passé avant que je ne prenne mon courage à deux mains et l’affronte enfin.

Cette nuit-là, le sommeil ne voulait pas de moi.

Je ressassais encore et encore la manière de faire ce coming out tant redouté. J’ai opté pour l’e-mail. Moins agressif. Cela lui donnerait le temps de le lire, le relire s’il le faut et de bien préparer sa réponse, si bien sûr, réponse il y a.
Je lui ai écrit un long mail dans lequel je le remerciais pour l’enfance qu’il m’a offert aux quatre coins du monde, pour son rôle de papa qu’il a assuré avec brio. Et je finis par lui raconter mon histoire, et lui avoue que je suis en couple avec une femme et que, en y regardant bien, “aimer les femmes” nous faisait un joli point commun 😉 (Cela l’a beaucoup fait rire).

Le lendemain matin, il m’appelle :

“Je suis content que tu me l’ai dit, car c’était aussi un poids pour moi de ne pas savoir. Tant que tu es heureuse ma fille c’est le principal”.

L’annoncer n’est finalement qu’une preuve d’amour supplémentaire pour ceux qu’on aime. C’est leur donner une clé pour nous comprendre un peu mieux, c’est tisser un lien de confiance. C’est ainsi que je l’ai vécu. Je sais que ça n’a pas été facile pour beaucoup d’entre vous. Je reçois beaucoup de messages à ce sujet et je vous remercie. En parler est si important.

Je dirai pour conclure qu’il n’y a pas deux histoires qui se ressemblent. Chaque coming out est unique, différent, plus ou moins facile. Il faut se sentir prête. L’expérience est une lumière qui n’éclaire que soi-même. Allumez votre propre lumière quand vous sentez que c’est le bon moment.

N’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous pour nous faire partager votre expérience quelle qu’elle soit.

À très bientôt.

Elo.

Ce que tu pourrais aussi aimer

12 Commentaires

  • Répondre
    Marie
    8 décembre 2018 at 8 h 35 min

    ❤️❤️❤️
    Merci pour ce magnifique partage.
    Une larme de bonheur trace une lente et douce courbe sur ma joue avant de tomber sur mon oreiller.

  • Répondre
    Megane
    8 décembre 2018 at 10 h 14 min

    Super article Elodie ! Tu as l’air d’avoir de super parents !!! Moi ça a été un peu plus compliqué. Pendant 6 mois après l’annonce la mère ne voulait pas voir ma chérie… elle avait du mal… et avec le temps c’est passé et aujourd’hui elle l’a considere comme sa belle fille. Bon week end à toi, vite le prochain article !!

  • Répondre
    Camille Dewite
    8 décembre 2018 at 10 h 29 min

    Toujours aussi passionnant ! Heureuse de te connaître un peu plus à travers ce texte 🤗 gros bisous

  • Répondre
    Sandra
    8 décembre 2018 at 12 h 01 min

    Tu racontes tellement bien Elodie tes parents on très bien réagi tout le monde n’a pas cette chance le principal quand on n’est parent ses que nos enfants soit heureux

  • Répondre
    Nadia
    8 décembre 2018 at 22 h 15 min

    Tu as beaucoup de chance. Ton histoire me touche. Je n’ai pas eu cette chance. Il y a 9 ans je sortais avec un jeune homme. Ma religion m’imposait le mariage avec ce dernier. Mes parents ne toléraient pas l’homosexualité et dans les quartiers où je vivais on ne pouvait pas en parler sous peine de se faire tabasser. Je savais que ma vie n’étais pas avec ce jeune homme, je me sentais différente. J’ai pris mon courage à deux mains et je l’ai quitté 6 mois avant mon mariage programmé. Mes parents m’ont tourné le dos quelques temps ne comprenant pas mes choix. J’ai avancé seule jusqu’au jour où j’ai rencontré ma femme, l’unique grand amour de ma vie. J’ai réussi à renouer le contact avec mes parents. Au bout de 2 ans de relation cachée, je leur ai tout dis un soir quand je suis allée dîner chez eux. Ils se sont mis à pleurer, mon père a tapé le poing sur la table et mes trois frères ont pris ma défense. Ils se sont mis dans des états pas possible alors que je n’avais pas pris le temps encore de leur expliquer à quel point j’étais libre et heureuse avec cette femme. Avec le temps ils ont fini par l’accepter dans la famille. Ça a mis du temps mais l’amour a été plus fort que tout. Courage à celles qui sont en plein dedans comme dis si joliment Elodie allumez votre propre lumière. Inch Allah

  • Répondre
    Gladys
    11 décembre 2018 at 9 h 58 min

    J’ai adoré lire ton coming out. Je trouve ça bien que tu nous parle de toi !! Hâte d’être à samedi pour l’article 🔥🔥🔥

  • Répondre
    Eloïse
    11 décembre 2018 at 17 h 08 min

    Je suis homo et j’arrive pas à l’annoncer à mes parents 😔 tu es courageuse Elodie ! Moi j’ai peur que mes parents le prennent mal, il voudrait tellement que j’ai un petit copain… j’ai 17 ans et tu es comme un modèle pour moi

  • Répondre
    Mailys
    12 décembre 2018 at 17 h 04 min

    Moi aussi ça s’est bien passé ! On est chanceuses 😊😊

  • Répondre
    Caroline
    12 décembre 2018 at 17 h 50 min

    Bravo les filles (pas gay moi, mais j’admire le courage, car il en faut, malgré les progrès des mentalités). Soyez toutes heureuses avec ou sans approbation ❤

  • Répondre
    Ludivine
    12 décembre 2018 at 20 h 01 min

    Le mien a été plus que stressant, pour au final que tout aille magnifiquement bien.. Cela fait 5 ans que nous sommes ensemble, cela fait 5ans qu’elle est complice avec mes parents.. Des fois il faut se lancer et ne pas hésité.. Ce que j’ai fais..

  • Répondre
    Lucky Luke
    13 décembre 2018 at 16 h 07 min

    Moi aussi c’est passé trop facilement 👌🏼 J’ai des parents en or

  • Répondre
    Martine JN
    15 décembre 2018 at 13 h 41 min

    Il ne faut jamais être honteuse d’aimer, que notre amour soit de notre genre ou pas.

Laisser une réponse