fbpx
témoignages

Floriane nous raconte

Floriane, 35 ans – Guadeloupe

Il paraît que l’on vit pour soi et non pour les autres, je l’ai compris bien trop tard, je crois.
J’ai voulu témoigner sur ce blog pour deux raisons. L’une parce que j’ai besoin d’évoquer ma souffrance et mes regrets, l’autre pour transmettre un message à celles qui se reconnaîtront dans mon histoire.

J’ai toujours été en couple avec des garçons.

Je n’ai jamais douté de mon orientation sexuelle, jusqu’au jour où j’ai rencontré Laura. Une amitié profonde, une complicité unique, une attirance réciproque, voilà comment a commencé l’histoire qui a bouleversé mon existence.

Nous étions en poste à l’époque dans la même entreprise. Nous étions collègues et partagions les mêmes bureaux. Ce fut comme une évidence entre nous. Je sortais d’une relation tumultueuse de quatre ans avec un homme et je savourais ma liberté. J’avais à l’époque 31 ans.

Laura était le genre de personne qui peut vous faire oublier votre passé. Elle était tout ce que je recherchais… mais chez un mec. Si Laura avait été un garçon, tout aurait été plus simple pour moi. Je n’acceptais pas du tout le fait d’être tombée amoureuse d’une FEMME. Pourtant, elle était le rayon de soleil de ma vie. C’était une nana douce, attentionnée, à l’écoute. Elle illuminait mon quotidien et sexuellement parlant, c’était le pied, je ne peux pas le nier. Je prenais beaucoup de plaisir avec, mais ça n’a pas suffit à dépasser mes peurs.

Je présentais Laura comme une amie.

Notre histoire a duré 8 mois avec des hauts et des bas. Ma relation me convenait lorsque Laura et moi étions seules à la maison, ou en week-end loin de tout (en réalité, surtout loin des autres). J’aimais nos échanges SMS, ils me faisaient me sentir vivante. En revanche, j’étais incapable de montrer à quiconque que nous sortions ensemble. Une balade main dans la main ? Je ne pouvais pas l’envisager. J’avais peur d’être jugée et surtout, je ne voulais pas accepter ce qui m’arrivait.

J’avais pourtant réussi à me confier à ma sœur et à ma meilleure amie, qui elles, étaient heureuses pour moi. Mais moi, j’étais complètement paralysée. Je n’arrivais pas à me projeter. J’étais pourtant très amoureuse d’elle. J’ai fait des séances de sophrologie, j’ai lu des bouquins sur le lâcher-prise, regardé des émissions sur la bisexualité… Mais rien y a fait.

Je suis passée à côté d’une belle histoire.

Tout était devenu trop compliqué. Je n’assumais pas notre relation et Laura en souffrait. Je faisais tout le temps un pas en avant, puis deux en arrière. J’étais indécise et je n’avais pas non plus de réelle envie de vivre avec quelqu’un. Je suis une personne solitaire et indépendante et j’avais peur de perdre ma liberté en construisant quelque chose avec une personne. Nous avons fini par rompre malgré l’amour qu’il y avait entre nous. J’ai tenu cinq mois à partager son quotidien professionnel et j’ai fini par quitter mon job, et rejoindre ma famille en Guadeloupe. C’était insoutenable de la voir chaque jour, de devoir faire semblant… Mais je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même, car cette situation, je l’avais choisie. C’était beaucoup de souffrance pour l’une, comme pour l’autre.

Je m’en veux parce qu’à l’époque, le regard des autres était plus important que l’amour que je pouvais porter à Laura. S’il avait était plus fort, j’aurais réussi à dépasser mes peurs. Je me suis barricadée, je me suis interdit de construire quelque chose avec une femme. Enfants, on nous enferme dans des stéréotypes à la con, maison, mariage, bébé, avec un mec ! Mais finalement qui peut juger ce dont on a réellement besoin et de qui l’on est vraiment ?

Si vous saviez comme je regrette, le temps m’a ouvert les yeux.

À avoir attendu trop longtemps, j’ai perdu une belle personne et aujourd’hui, j’en suis vraiment malheureuse. Il y a quelques mois, je suis tombée sur une photo de mariage de Laura et sa nouvelle compagne. Ça m’a brisé le cœur de voir sur les réseaux sociaux, qu’elle avait refait sa vie…

Je donnerais tout pour revenir en arrière. Si c’était à refaire, je montrerais à la terre entière que je l’aime et que c’est avec ELLE que je veux être !

Nous avons qu’une seule vie et je suis peut-être passée à côté de la mienne. Alors aux prochaines qui seront dans mon cas, ne vous posez pas de questions et foncez.

 


Vous êtes homo, bi, hétéro ? Vous avez déjà eu une expérience avec une femme ?

Envoyez votre témoignage à contact[@]elodiegarnier.com afin qu’il soit publié sur mon site !

Retrouvez tous les autres témoignages ici.

PAS DE COMMENTAIRE

    RÉPONDRE